UNE GESTION FINANCIÈRE IMPROBABLE DE L’ÉQUIPE MUNICIPALE SORTANTE

FINANCES ET INVESTISSEMENTS

La gestion d’une commune passe par la maitrise des recettes et des dépenses.
Deux données appellent toutefois l’attention sur la question de la performance financière de la commune de Bandol, tant autocélébrée  par la municipalité LREM sortante : les emprunts  et l’investissement.

PRINCIPAUX INDICATEURS DE GESTION 2018
COMMUNE DE 5000 A 10 000HABITANTS
(source DGFIP)

                 FRAIS DE FONCTIONNEMENT EN EUROS PAR HABITANT

Les recettes de la ville de Bandol ont-elles  maitrisées ?
Non
, les Bandolais ont subi une augmentation de 19.10% de leurs impôts locaux entre l’année 2013 et l’année 2018.
Les subventions des collectivités partenaires (Région, département, communauté d’agglomération) ont diminué de 57.80% depuis 2013.
(source DGFIP)

 


Les dépenses ont-elles été maitrisées ?
Non, un poste budgétaire, entre autres, a particulièrement appelé notre attention, celui des emprunts contractés par la commune.

Le capital restant dû au 31 décembre 2018 des neufs plus gros emprunts contractés par la commune s’élevait à la somme de 9 124 570 euros. Leur durée de remboursement pour arriver à leur terme est de 15 ans (entre 14 et 17 ans).
Les taux d’intérêts s’échelonnent entre 4% et 6%.
En gestion de « bon père de famille » il eût été opportun de renégocier ces emprunts afin de bénéficier du bas niveau des taux d’intérêt, observé actuellement. Cela a-t-il été fait ?

Nous avons effectué une simulation de négociation avec un taux d’emprunt de 1.40% sur les 15 années de remboursement. Celle-ci aurait procuré un gain de 320 000 euros par an sur les intérêts.

Il est plus aisé d’augmenter les impôts que de rechercher des sources d’économie.
Les Bandolais n’habitent pas tous sur le port, ils habitent aussi les quartiers, ces grands oubliés depuis de nombreuses années.
En effet, ou en est :

– La végétalisation et le fleurissement des quartiers ?
– L’enfouissement des réseaux électriques et téléphoniques ?
– L’entretien des parcs et jardins ?

La baisse des investissements, de l’ordre de 86% depuis 2013 ne pouvait que générer l’abandon des quartiers.
Or, il est constant que la qualité de la gestion financière d’une commune se vérifie non seulement à sa capacité de maitriser les moyens en fonctionnement mais aussi par le dynamisme de ses capacités d’investissement.

On est loin du compte sous la mandature qui expire.

Pierre GOMPEL
Expert-comptable (er)

 

DE LA PAROLE AUX ACTES

Du soutien  politique apporté par  Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, à l’équipe de Bandol Ambitions, conduite par Marc Bayle, il faut y voir  aussi la reconnaissance du   programme de ladite équipe pour sa pertinence par rapport aux enjeux actuels de développement durable, une reconnaissance qui pourra se traduire très concrètement.

La ville  de Bandol et la Région nourrissent nécessairement les mêmes intérêts

En effet, une grande partie des réflexions et projets que nous proposons aux Bandolais s’inscrit dans la cohérence de la stratégie de notre région pour   l’adaptation des collectivités au changement climatique. 

Dans la série d’actions impulsées par la Région depuis fin 2017 par le plan Climat « Une Cop d’avance », nombreuses sont celles qui coïncident avec nos engagements pour faire de Bandol une ville plus accueillante et plus forte face aux défis à venir.

Le plan Climat à Bandol

Parmi les 100 actions déclinées par la Région dans une « Une Cop d’avance », notre programme rejoint les grandes thématiques de :

• de mobilité durable, avec des solutions alternatives de déplacement et de stationnement à la voiture individuelle ;

• de patrimoine naturel préservé avec notamment le rétablissement des trames vertes et bleues, le développement de l’éco-tourisme ou les dispositifs de sensibilisation et de prévention à la protection de la mer et de la terre ; ou encore la fameuse action n°60 : “zéro déchet plastique en Méditerranée d’ici 2030“, action phare qui vise à limiter les pollutions de nos plages, et de prévenir l’utilisation des plastiques inutiles ;

de santé, bien-être et qualité de vie avec l’accompagnement des territoires pour développer la nature en ville ;

• et plus largement de la volonté d’un nouveau modèle de développement durable à impulser pour saisir les opportunités en termes d’innovation et de création d’emplois, autre que le « tout-tourisme ».

Penser global, agir local, et en avoir les moyens

Concrètement, 400 million d’euros, soit 20% du budget de la Région, ont été consacrés au plan Climat en 2018 et 500 M€ pour 2020. Une grande partie de nos projets pour la commune sont ainsi éligibles à  des financements via des subventions d’appels à projets.

Economie circulaire (gestion des ressources et réduction des déchets), identité comme moteur de croissance, éco-mobilité (optimisation du stationnement, parking de délestage, piste cyclable,), outils pédagogiques, instances participatives, verdissement des quartiers, pour plus de bien-être et de respect d’une ville à taille humaine rendue à ses habitants…

Nous n’avons pas attendu la crise sanitaire pour avoir conscience de devoir prendre en compte un monde qui change. Pour se préparer aux menaces climatiques ou économiques, Les  promesses ne suffisent pas.  Le projet de ville  de Bandol Ambitions se traduit déjà par des actions partagées territoriales, réalistes et concrètes. Bandol est unique ; mais nous ne sommes pas seuls.

Nathalie CAUNE

BANDOL, TERRE D’EVENEMENTS !

Bandol est une terre exceptionnelle avec des lieux d’exposition naturels, offrant les plus belles mises en scène.

Ce site privilégié doit nous permettre de fabriquer des événements singuliers, originaux et conviviaux. Des événements dans l’air du temps qui s’inspirent des meilleures tendances du moment.

C’est ensemble que nous donnerons vie à vos idées et écrirons l’histoire événementielle de notre ville, avec l’aide d’un opérateur  professionnel qui saurait la mettre en valeur, la sublimer.

Il saura également communiquer largement et efficacement afin d’attirer de nombreux visiteurs de qualité. La  politique événementielle, que nourrit l’équipe de Bandol Ambitions conduite par Marc Bayle, permettra d’être un levier important d’attractivité économique afin d’aider les commerces, les restaurants et les hébergeurs à retrouver un niveau de travail dynamique et efficace.

Pour mettre en valeur la marque « Bandol », il est important d’associer ses caractéristiques de saisonnalité, à ses plus belles richesses : la mer, les vins, le sens de la fête, l’accueil, la tradition provençale…

+ La Mer :

  • – Des personnalités connues et reconnues pourraient accompagner des manifestations d’envergure liées à la mer, diffusées dans toute la ville et sur tous les sites adaptés ;
  • – Création de festivals comme celui des chants marins, fête des gens de mer, des plus belles voiles… ;
  • – Retrouver le Tour de France à la voile, la Samu’s cup, le bain de la nouvelle année….

+ Les Vins : remettre l’appellation Bandol au centre de tous nos intérêts. Rétablissons un véritable partenariat avec nos amis vignerons et multiplions les événements communs. Une manifestation de renom par semestre permettrait la mise en valeur de notre ville, et de l’AOP éponyme (une fête du millésime modernisée, une fête de la gastronomie accords mets et vins…).

+ Le sens de la fête : Nous souhaitons que Bandol redevienne synonyme d’une ville festive, avec une vie nocturne durant la saison estivale, permettant à nos jeunes  de rester sur place, à tous les âges de s’amuser. Nous établirons un programme professionnel de concerts (gratuits et payants) sur l’ensemble de la saison. Nous établirons un événementiel permettant de faire travailler l’ensemble des commerces dans toutes les rues.

+ L’accueil international

La coupe du monde de rugby, prévu en 2023 en France, comportera une dizaine de matches qui se tiendront à Nice et à Marseille, et qui attireront nombre de visiteurs, Bandol pourrait proposer sa candidature pour être l’une villes d’accueil.

+ la tradition provençale. Nous favoriserons aussi des manifestations, notamment aux couleurs de la Provence, toute l’année afin d’animer la ville pendant toute l’année : les concours de pétanque, des animations féériques à Noël, une patinoire et des jeux pour les enfants, un carnaval…

Bandol a la chance d’avoir un théâtre. Notre volonté est de lui assurer une programmation régulière et professionnelle.

Bandol est une station balnéaire, mais aussi et surtout une terre potentielle d’événements qui lui permettra de hisser haut ses couleurs  tout au long de l’année.

Floriane CERCIO
Sylvie LOGEAIS
Emeline OLIVE

Bandol au rendez vous des grands évènements sportifs

Coupe du monde de rugby 2023 – JO 2024, comment Bandol peut se positionner par rapport à ces deux grands évènements sportifs de dimension mondiale. Marc de Rougemont et Gérard Mino, colistiers de Marc Bayle sur la liste de Bandol Ambitions, en parlent après leur rencontre avec le vice-président de la Fédération Française de Rugby.

COMPLEMENT EN 16 PAGES À NOTRE PROJET DE VILLE

« J’ai le plaisir de présenter aux Bandolaises et aux Bandolais un nouveau document de campagne pour ce second tour de la municipale de Bandol qui se tiendra le dimanche 28 juin prochain. En fait, ce document complète, sans le modifier, le projet de ville présenté par l’équipe de Bandol Ambitions lors du premier tour de cette élection. Car cette crise éco-sanitaire a conforté notre engagement de départ pour un tourisme de qualité, un tourisme de respiration qui ne concentre pas l’attractivité de la ville sur les quelques mètres carrés d’un quai  et qui ne s’enferme pas, comme actuellement, dans une logique de bétonnage. La crise a également souligné la nécessité d’unir les Bandolais  derrière leurs commerçants, leurs artisans, lerus entrepreneurs, ce qui est évidemment incompatible avec la logique comptable à courte vue  qui prévaut jusqu’à ce jour. Enfin l’expérience du confinement montre la nécessité urgente de réinvestir  l’ensemble de nos quartiers avec une action concertée  pour leur végétalisation et une meilleure sécurité  au quotidien« . Marc Bayle

Parcourir le document en ligne

16-pages-202006-1
Cliquez sur l'image pour lire le programme en ligne

Télécharger le fichier au format pdf

Cliquez sur l'image pour télécharger le fichier

LE NAUFRAGE POLITIQUE DE JEAN-PAUL JOSEPH

Fallait-il se sentir menacé pour oser rejoindre le concert des malveillants et épouser leurs calomnies et manipulations affligeantes ?

Les Bandolais ne seront pas dupes des méthodes indignes qui n’ont de sens que de servir les intérêts de celui qui s’en empare au mépris de toutes les règles que dicte la nécessaire réserve d’un Premier Magistrat.

Les intéressés seront destinataires dans les heures qui viennent d’une citation à comparaître par-devant le Tribunal Correctionnel de Toulon, afin que soient sanctionnés pénalement les propos diffamatoires tenus, qui ont directement ou indirectement prêté à Monsieur Marc BAYLE des allégations mensongères.

BANDOL AMBITIONS avait fait le choix de défendre un projet de Ville avec le désir de ne répondre à aucune invective mais d’aucuns ont décidé de poursuivre cette campagne électorale, en tentant de discréditer sa personne, en portant atteinte à son honneur et sa considération, allant, récemment, jusqu’à peindre une croix gammée sur ses affiches ! Spectacle avilissant !

Alors, il est répondu à Monsieur Jean-Paul JOSEPH, qui jouant de surenchère, précise déposer une plainte pénale pour « achat de voix », que c’est avec sérénité que cette menace a été accueillie par l’intéressé, qui y répondra par une plainte avec constitution de partie civile pour dénonciation calomnieuse.

Monsieur Jean-Paul JOSEPH souhaitait que la Justice s’intéresse à ces pratiques abjectes… Nous veillerons à y être associés !

Mais pour BANDOL AMBITIONS, plus que jamais, c’est le projet de ville qui est au cœur du débat.

Les élections se gagnent dans les urnes, pas dans les corridors de l’intrigue  !

Gérard MINO
Avocat

Citations directes devant le Tribunal de Toulon


BANDOL : LE DOUBLE VISAGE DES PLAGES

Plage Bandol

Au-delà de son écrin de verdure, Bandol nous offre un littoral bordé de ses plages de sable et de ses criques sauvages.
Loin de n’être qu’un joli paysage, les plages constituent, avec le port, l’identité maritime de la ville.
A ce titre, elles méritent une attention particulière qui doit s’envisager dans une vision globale de la ville, de nature patrimoniale, économique et écologique.

Un profil économique et social exigeant

A Bandol commune littorale, le maire exerce la police des baignades et des activités nautiques jusqu’à 300 mètres à compter du rivage de la mer.
Il s’ensuit que le maire est responsable de la sécurité des plages et de son littoral, notamment envers leurs usagers, mais aussi de la garantie du bon état de cet environnement fragile et des eaux de baignade.

Les règlementations visent à la fois la protection des personnes, donc la canalisation de la fréquentation des plages, de plus en plus croissante, et la préservation des sites. Il en résulte de nombreux impératifs, élémentaires et règlementaires, qui s’imposent aux communes. Il en est ainsi :

  • du maintien et de la surveillance de la qualité des eaux de baignade (cf.la directive européenne « Cadre sur l’Eau ») ;
  • de la surveillance et de la sécurité des personnes dans les zones de baignade ;
  • de l’hygiène sanitaire et de la propreté des sites fréquentés ;
  • de l’intégrité structurelle géomorphologique du rivage.

Le  tout s’exerce dans les limites d’une capacité d’accueil déterminée par un territoire physique.

Ces impératifs, enjeux d’une bonne gestion, revêtent  à Bandol une mise en œuvre aléatoire, ou épisodique, voire inexistante, et sont régulièrement réclamés par les habitants. Les bienfaits de la baignade, l’eau de mer, le chant des vagues et le bleu de l’horizon représentent une demande autant intime que sociale.

Qu’elles soient de sable fin, de galet ou des promontoires rocheux, les « plages » en accès à la mer sont prisées et représentent un capital important de l’économie des villes balnéaires et, à ce titre,  leur traitement doit être pris en considération. Et pourtant…

Plage Bandol

Un bilan en trompe-l’œil

L’enthousiasme de la libération des plages lors du déconfinement et la soif d’un été presque normal ne peuvent cacher certaines réalités. La gestion côtière municipale de ces dernières années laissent des plages mal entretenues (aux infrastructures délabrées), réduites (par l’érosion), dépouillées de leurs arrière-plans de verdure (Grand Vallat, plage centrale, Capelan).

La politique récente de ces espaces naturels pendant la crise révèle une gestion de la fréquentation en- dessous des enjeux sécuritaires et sanitaires.

La municipalité sortante n’a eu de cesse de faire des économies sur la sécurité de ses plages, en réduisant le temps de surveillance à la haute saison estivale, laquelle ne sera assurée pour cette saison qu’à partir des mois de juillet et août. De plus, les sauveteurs ne disposeront pas d’embarcation de sauvetage ! Les sanitaires (douches et toilettes), dont les travaux prévus à Renecros n’ont pas été réalisés à temps, n’ont pas été ouvert au public à la sortie du confinement alors que l’option d’une fréquentation statique et sa large promotion dans les médias auraient impliqué, au contraire, une hygiène et une surveillance accrues. Et finalement, au deux mois de confinement succède, après la pluie, une interdiction de baignade due au mauvais résultats des analyses sanitaires de l’eau de baignade, s’avérant non conforme aux exigences réglementaires.

Nous démarrons une saison estivale particulièrement difficile à cause de la crise de la Covid 19, qui n’a pas besoin d’une surenchère due à un manque de cohérence et d’anticipation (recrutements tardifs, faiblesse des moyens…).

Les plages, vers une économie plus douce

Les règlementations multiples et le caractère de bien public des plages exigent une gestion complexe qui ne s’improvise pas et qui nécessite dans la plupart des communes autres que Bandol un service spécifique dédié.

L’équipe de Bandol Ambitions sensible à l’exigence de la sécurité, soucieuse de l’environnement et du lien social, entend améliorer l’accessibilité de plages surveillées aux personnes à mobilité réduite afin d’obtenir le Label « Handiplage » qui pourra être gérée par une association spécialisée.

Cette équipe privilégiera une surveillance des plages, de juin à septembre, par des volontaires locaux afin de ne pas avoir à loger les saisonniers dans les salles de danse et les écoles comme actuellement.

L’équipe de Bandol Ambitions veut dynamiser ses plages, dès lors que les mesures sanitaires le permettront, avec des « Beach Evénements » associatifs comme le Beach Rugby, le Judo Tour, Beach volley, Battle de Paddle, démonstrations de voiles, de danse, ou de sauvetage par les nageurs-sauveteurs…

Les plages de Bandol, partie intégrante de la façade de Sud Sainte Baume, seront également la porte pour une pédagogie maritime à destination des scolaires ; sentier sous-marin, Aire Marine Educative, développement des jardins de la mer…

Plage Bandol

Nous avons pour volonté de répondre à l’ensemble de ces exigences et d’orienter fermement une politique cohérente tournée à nouveau vers la mer. L’identité d’une commune littorale est intrinsèquement liée à la qualité de son patrimoine côtier.

La crise récente a révélé la fragilité de notre économie, privée brutalement de notre cadre naturel, menacée potentiellement tant par les interdictions de fréquentation que par les effets déjà visibles du changement climatique. Bandol ne peut plus se permettre des économies frileuses en termes de moyens et de compétences dans sa gestion des plages et du littoral. La qualité de notre accueil littoral se doit d’être optimale pour que la ville reste compétitive face aux aléas économiques qui risquent de survenir. Nous n’avons d’autre choix que de nous améliorer. C’est notre ambition pour Bandol.

Sylvie LOGEAIS                                              Nathalie CAUNE